Paris était un délice le weekend dernier, malgré un petit épisode orageux, le beau temps était au rendez-vous, comme un avant-gout des vacances. Après être arrivés à Paris, chéri et moi nous rejoignons pour un petit déj’ en terrasse rue de Vaugirard (là où notre chambre d’hôte se situait). Nous allons ensuite déposer nos affaires à la collocation dans laquelle se trouve notre chambre sans prétention, mais parfaite pour une nuit. Astuce de voyageurs radins malins : Airbnb ! Ce site que m’a fait découvrir Sandra est génial, il permet de se faire loger n’importe où en France et à l’étranger pour n’importe quel budget, la plupart du temps via des particuliers et en chambre d’hôte. La preuve : nous avons payé 44 euros la nuit pour 2 personnes. Certes ce n’était pas le grand luxe, mais ça suffisait.
FONTAINE
Après concertation, nous avons décidé de consacrer une bonne partie de notre journée à visiter les exposition temporaires du centre Pompidou. Il se situe dans un de mes endroit préféré à Paris (dans le 4ème arrondissement) juste à côté de la fontaine Stravinsky de Jean Tinguely et Nikki de Saint Phalle, que j’admire particulièrement.
affiche lichtenstein
L’exposition principale était celle consacrée à un des princes du Pop Art (Andy Wharhol étant le roi !) : Roy Lichtenstein. Et celle-ci vaut vraiment le détour : en effet, on ne connait que de l’artiste ses “tableaux bandes dessinées” mais celui-ci a produit bien plus que cela. Si son œuvre est constante et évolutive, elle est également très riche. On passe de la peinture simple sur toile à la sculpture utilisant différents matériaux, des mickey et autres stéréotypes de BD à des frises années 30. Il y a aussi toute cette période de réappropriation des grands chefs œuvre de Picasso, Matisse et autres que je ne connaissais pas et qui m’a bluffé. En fin d’exposition, des toiles gigantesques mêlant trames et estampes japonaises… tout simplement magnifique, un vrai mélange de tradition et de modernité. Le petit hic, très très petit (je cherche toujours la petite bête, je sais) était que les plus grandes toiles de la fin étaient confinées dans les plus petites salles alors qu’elles méritaient un peu de recul pour mieux les percevoir.

Look

bague
lichtenstein
Plus loin, nous avons vu l’exposition sur Simon Hantaï, qui m’a moins touché vu l’univers un peu….dépressif, comparé aux couleurs saturées de Lichtenstein !

Exposition “Roy Lichtenstein”, Centre Pompidou, jusqu’au 4 novembre

Alice