Chris Maynard 01

Source des images : Chris Maynard Website

« Qui ne tente rien n’a rien ». C’est ce que je me suis dit en contactant l’artiste Chris Maynard via son site web. J’avais découvert son travail via un ami il y a quelques mois et j’avais eu un réel coup de coeur pour la légèreté et l’humanité qui se dégage de ses oeuvres.

Chris Maynard utilise la plume comme matière première. Oui oui, il sculpte directement dans la plume. Vous imaginez, la rigueur, la précision qu’il faut ? Et la créativité également. Il utilise des tas de plumes différentes, ce qui lui permet une infinité de possibilités. Je lui ai posé quelques questions pour comprendre un peu mieux sa démarche artistique et sa façon de travailler. Malgré mes petites maladresses en anglais, on a quand même réussit à se comprendre ;)

Chris Maynard 02

Alice : J’ai lu sur votre site internet que vous travailliez avec les plumes depuis que vous aviez 12 ans. Ou avez vous grandi, la nature a-t-elle occupé une partie importante de votre enfance ? 

Chris Maynard : J’ai grandi à l’est de Seattle (USA) avec beaucoup de forêts et de fermes. Avec trois soeurs, je jouais beaucoup dans les bois seul et avec des amis, et de temps en temps avec une de mes soeurs. Je marchais 4 kilomètres pour aller à l’école en choisissant de passer par les bois plutôt que par la route. Il y avait des saumons dans les ruisseaux, des coyotes et des cerfs dans les bois. Maintenant tout a changé, il y a le siège social de Microsoft.

Mon père me prenait avec lui parfois quand il allait faire de l’alpinisme avec ses amis. Je restais alors au campement et j’explorais les environs. Il aimait aussi emmener la famille camper à la belle étoiles. Mais je n’étais pas tout à fait en phase avec ses expéditions - il avait un but précis : avancer rapidement, aller là ou il avait décidé d’aller. Je voulais toujours m’arrêter pour explorer, observer les insectes et d’autres choses. Ce que j’ai fais avec mon grand-père.

I read on your website that you have been working on feather since you are twelve. Where did you grow up, and did the nature was an important part of your childhood ?

I grew up just east of Seattle with a lot of woods and farms. With three sisters, I played a lot in the woods by myself and with friends and once in a while with one of my sisters. I walked four kilometers to school choosing to go through the woods rather than on the roads.  There were salmon in the streams, coyotes and deer in the woods. Now it is all developed, the center for Microsoft.

My father sometimes took me along when he climbed mountains with his friends. I would stay at base camp and explore. He also liked to take out family on overnight hikes with backpacks. But I did not connect with him on these trips—he was goal oriented: hike fast, get to where you are going. I always wanted to stop and explore, watch bugs and things. I did this with my grandfather. 

Chris Maynard 03

Avez-vous une formation artistique ? Quelles études avez vous faites ? 

Ma meilleure formation artistique fut de grandir avec ma mère qui était une artiste professionnelle. L’art a toujours fait partie de ma vie. Je lisais ses livres d’histoire de l’Art, je critiquais son travail quand elle me le demandait, j’allais à ses vernissages. J’ai toujours aimé la sculpture et la photographie mais j’ai choisi d’étudier les sciences naturelles et j’ai travaillé dans cette branche jusque récemment. Je suis heureux de l’avoir fait car cela informe mon travail.

Do you have an artistic training ? Which studies did you do?

My best artistic training was growing up with my mother who was a professional artist. Art was always part of my life. I read her art history books, critiqued her work when she asked, went to her openings. Sculpture and photography have always been part of my life but I chose the natural sciences for my college studies and worked in that field until recently. I am glad I did because it informs my work.

Chris Maynard 04

Comment l’idée de travailler avec des plumes comme matière première vous est venue ?

Doucement, depuis mes 12 ans, mais voici comment le fait de découper les plumes m’est venu : dans l’art comme dans beaucoup de domaines dans la vie, on peut aller plus loin si on se focus sur une cible particulière. En 2007, je photographiais des plumes seules et je créais des compositions avec celles-ci. Mais je voulais travailler avec les plumes en elle-mêmes alors j’ai commencé à les organiser dans des boites à lumière.

En respectant leurs formes et leurs lignes, c’est à dire en ne les aplanissant pas mais en les éloignant du fond de la boîte on pouvait obtenir des ombres. Ces créations et les émotions qu’elles transmettaient étaient limités donc j’ai commencé à chercher une méthode, un processus de découpage pour créer plus de sens.

How did the idea of working with feather as a material come to you ?

Slowly, since I was 12, but here’s how the cutting feathers came to me: in art as an any area of life, you can go farther if you limit your focus of what you do to a particular target. In 2007 I was photographing single feathers and putting them in composite photos. But I wanted to work with the feathers themselves so I began arranging them in shadowboxes. Respecting their shapes and curves meant not flattening them but setting them away from the background—which created shadows. These designs and conveyance of meaning was limited so I began searching for a method, a process of cutting them to create more meaning.

Chris Maynard 05

 Les plumes que vous utilisez proviennent de la mue naturelle des oiseaux. Pensez-vous votre art comme un travail eco-responsable?

La préservation, le respect de l’oiseau est au centre de ce que je fais. Ma mission est de faire expérimenter aux gens le respect et la joie, l’appréciation et la compréhension du monde naturel. Je suis las de travailler directement pour des causes écologiques - non pas que ce soit une mauvaise chose- je suis juste fatigué. Je préfère donc me concentrer sur le bel espoir que mon travail puisse inspirer le désire pour quelqu’un de faire ce qu’il pense être une réponse écologique.

The feathers that you use come from natural molting. Do you think of your art as an ecologic and responsive work ?

CM : Conservation, respect for birds is central to what I do. My mission is for people to experience awe and joy, appreciation and understanding of the natural world. I am tired of working directly for ecological causes—not that it isn’t a good thing—I am just tired. So I want to focus on beauty hope that my work can increase the desire for someone to do whatever they think is right as an ecological response. 

Chris Maynard 06

De combien de temps avez vous besoin pour sculpter une plume ?

Quand on me pose cette question, c’est souvent par rapport au découpage. Mais le découpage prend souvent moins de temps que le dessin. Je dois aussi chercher et trouver la bonne plume, ce qui peut prendre un an- ce n’est pas une recherche constante, mais je dois trouver quelqu’un qui possède un oiseau qui correspond à mon idée. Ensuite vient l’adaptation de la taille du dessin à la plume, le découpage, les arrangements et réparations, et l’assemblage au cadre.

How much time do you need to finish one of your feather ?

When I am asked that question, it is usually about the cutting. But the cutting takes less time, often, than the design. I also have to search for and find the right feather which can take a year—not of constant searching, but finding someone who has birds with feathers that fit my design. Then comes sizing the design to the feather; cutting; and arranging and fixing the feather and the cut outs to the backing.

Qu’est ce que vous aimez le plus à propos des plumes ?

Les plumes sont des cadeaux des oiseaux. Elles grandissent dans leurs corps complexes, servent leurs fonctions - comme voler, aller dans l’eau, se camoufler et garder au chaud l’oiseau. Ensuite elles sont gentiment repoussées par d’autres plumes grandissantes pendant la mue mais retiennent l’essence de l’oiseau qui les a fait grandir ainsi que sa complexité et sa beauté.

What do you like the most about feathers ?

Feathers are gifts from the birds. They grow in their complex ways, serve their functions on the birds—like flight and waterproofness, camouflage, and warmth. Then they are gently pushed out by newly growing feathers in the moult—but retain their essence of the bird that grew them as well as their complexity and beauty.

Avez-vous une plume préférée ?

Pour la couleur : une plume rouge se trouvant sur la queue du Cacatoès Banksien femelle.

Pour le motif et le côté extraordinaire : à égalité une longue plume de queue de paon et une plume de l’aile secondaire d’un argus géant mâle.

Do you have a favorite kind of feather ?

For color: red tail black cockatoo female tail feathers

For pattern and overall amazingness: it is a tie between a long peacock tail feather and a male argus pheasant secondary wing feather

"Meet Chris Maynard, feather artist"

Je vous invite à visionner cette vidéo qui complète parfaitement l'interview et vous fait découvrir l'artiste dans son atelier.

 

Book Feathers Form & Function

Book-on-Feathers5WEB

Vous pouvez également acheter son livre « Feather, Form and Fonction » qui est très complet à la fois sur la fonctions des plumes pour chaque oiseau mais qui contient également de très belles photographies. Commandez le ICI. Retrouvez l'artiste sur facebook.

Un grand merci à Chris pour son temps et sa gentillesse.

A big thank you to Chris for his time and his kindness.

signature alic-01